Marie-Laure Viébel, épouse Villepin, expose ses sculptures à Aix-en-Provence

Réputée discrète, Marie-Laure de Villepin, épouse de l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin, sort de l’ombre pour la première fois avec une exposition de ses sculptures dans un jardin d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).
« C’est un saut dans la lumière », reconnaît-elle après avoir déballé la quinzaine d’oeuvres qui seront exposées tout le week-end, à l’occasion de la quatrième édition des « Flâneries d’art dans les jardins aixois », organisées par la comédienne Andréa Ferréol.
Des pièces en bronze ou verre de murano, aux rondeurs sensuelles, comme la graine géante du coco de mer, un palmier millénaire des Seychelles, qui les lui a inspirées.
« Ces formes très rondes, douces, me touchent probablement parce que je suis une femme. Derrière il y a l’idée de la maternité, de la renaissance, du cycle de vie. J’ai aussi été séduite en les touchant, en travaillant dessus, pour la sensualité et la force qui s’en dégagent », poursuit celle qui a décidé d’adopter un autre nom pour exposer, Marie-Laure Viébel.
« Changer de nom, c’est aussi marquer son territoire, prendre de la distance », souligne-t-elle, tout en refusant de se laisser entraîner sur le terrain de la politique.
Alors que son mari doit lancer son parti dans une semaine, elle affirme ne pas avoir calqué son calendrier sur le sien. « Il n’y a rien de calculé, de prémédité, c’est vraiment le hasard », dit-elle. Hasard de sa rencontre avec Andréa Ferréol qui l’a convaincue, il y a un an, d’exposer un travail entamé près de trois ans plus tôt après une formation sur le tas dans l’atelier d’un doreur, et que jusque-là elle n’avait montré qu’à quelques amis.
« C’est la première fois que j’expose, que je suis devant une caméra, que je suis interviewée. C’est la première fois que je sors de l’ombre, que je me montre un petit peu », dit-elle, avant d’insister : « Je suis là pour moi, pas parce que je suis derrière quelqu’un. C’est important d’avoir quelque chose à soi, une vie à soi ».

Une vingtaine d’autres artistes contemporains sont exposés dans les jardins privés aixois, prêtés le temps du week-end par leurs propriétaires, plasticiens, peintres, bijoutiers. Une manifestation impulsée par Andréa Ferréol, dont l’objectif affiché est d’offrir un contact avec l’art à des passants qui n’ont pas forcément le réflexe d’aller au musée.
« L’art vient à eux dans un jardin. Qu’ils aiment ou pas ce qu’ils voient, ils sont en contact avec l’art », souligne l’actrice.

« Flâneries d’Arts dans les jardins aixois », entrée gratuite.
Renseignements : www.aix-en-oeuvres.com
A propos | Marie-Laure Viébel @copyright 2017