Expositions


« Danse la mer »

« Danse la mer »

Évènement éco-artistique.

De juin à septembre 2017 en Normandie…
Ouistreham Riva-Bella,
Honfleur,
Baie du Mont Saint-Michel.
Face à l’urgence des enjeux que sont la pollution de l’espace marin et le réchauffement climatique planétaire, et dans le prolongement de la COP22, ce projet éco-artistique propose une démarche originale et innovante. Il associe artistes et scientifiques de renom, au service d’une campagne-évènement de sensibilisation en faveur de la protection de l’espace marin, de la pratique et de la diffusion artistique, dans l’objectif que le lien Art et Science soit une réalité concrète.

Danse la mer sur un ciel de lumière.
Soleil en fleurs dans un monde ébloui.
Symbole de la dynamique de la vie,
tout sort de la mer et tout y retourne.
Eaux en mouvement, lieu de naissance,
de transformations et de renaissances, à l’instar des Bouddhas,
des icones, la mer se couvre d’or, les larmes du soleil,
métal parfait, éternel, territoire sacré.
Viébel


« Révolution »

« Révolution »

Dans le cadre de la Conférence Climat COP 21 à Paris
Du 26 novembre 2015 au 2 janvier 2016
Mairie du 4ème
2 Place Baudoyer, 75004 Paris

GRAINE DE MERVEILLE
Longtemps nous fumes devant le monde comme devant la graine prodigieuse : les yeux écarquillés dans l’attente des floraisons multiples, des promesses tenues et des fruits abondants. La vie nous enchantait. Nous devinions que la jolie Terre verte et bleue tournant dans le cosmos ramènerait les cycles et les saisons et nous savions que la graine de coco n’attendait que le moment propice pour faire advenir son contenu précieux. Oui, il y eut un temps, qui s’éloigne à présent, où nous ne pensions pas que l’abondance aurait un terme.

De cette graine, magnifiée par l’art et l’or, traversée d’une bouche paisible et souriante, Marie-Laure Viebel a inversé le processus de germination : au lieu de se déployer en un bel arbre, elle accueillera nos pensées et nos rêves. Nous glisserons nos mots entre ses lèvres sages et, devenue graine parlante, elle exprimera notre désir d’échapper au désastre et de vivre en amitié avec la nature. Car cette graine de beauté et de sensualité propose un autre rapport au monde, où la caresse se substitue à la prédation, et la joie à la consommation.

Elle dit une urgence : celle de préserver cette planète fastueuse afin de goûter, longtemps, notre émerveillement d’en être les habitants.
Belinda Cannone

Dossier de presse
Article Elite


« Le vent se lève, il est temps de vivre. »

« Le vent se lève, il est temps de vivre. »

Galerie Caroline Tresca, Paris
Du 16 septembre au 6 octobre 2015
Exposition avec Katia Mohl, Photographe.

Dossier de presse

 

 


« Le feu, la glace, la vie »

« Le feu, la glace, la vie »

Galerie Reinold, Paris.
Exposition Boris Gayrard, photographe.
Janvier 2014


« GALOPEC »

« GALOPEC »

Marie-Laure VIEBEL et Barthélémy TOGUO
GALOPEC
Les 7 péchés capitaux
Exposition du 25 Mai au 22 Septembre 2013.

« GALOPEC » est  l’acronyme permettant de mémoriser la liste des «sept péchés capitaux » :

Gourmandise ; Avarice ; Luxure ; Orgueil ; Paresse ; Envie ; Colère

Cette exposition dans le petit village de Barbizon a été inspirée par la rencontre entre deux forêts, celle de Fontainebleau, l’une des plus belles d’Europe, et celle de l’île de Praslin, aux Seychelles, la fameuse « Vallée de Mai ».
Véritable cathédrale végétale, classée par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité, cette forêt unique au monde abrite des palmiers atteignant 30m de haut. Ces arbres donnent la « lodoicée », ou plus vulgairement « le Coco de Mer », une énorme noix, la plus grosse et la plus lourde graine du règne végétal.
C’est à l’une des nombreuses légendes autour de cette graine  que le  « coco de mer » doit son nom : on pensait qu’il était le fruit d’un grand arbre sous-marin.
La mystérieuse origine, la grande rareté et les formes sensuelles de cette graine frappent l’imagination pendant des siécles. On attribua à sa pulpe intérieure des vertus aphrodisiaques  mais aussi la capacité  d’être un antidote souverain.
En 1881, le célébre général anglais Charles Gordon écrit qu’il considére la « Vallée de Mai » comme étant le Paradis Terrestre. Le « cocotier de mer »  devient l’arbre du récit biblique de la « Connaissance du Bien et du Mal ».  Son fruit, aux formes sensuelles et féminines, siège du désir charnel, devient le « fruit de la tentation » qui précipitera la chute d’Adam et Eve. C ‘est la Naissance d’un mythe.

Marie laure  Viébel et Barthelemy Toguo se rencontrent en 2006. Tous deux inspirés par la nature, leurs univers résonnent de correspondances, tant par le dialogue entremêlant l’humain et le végétal, le masculin et le féminin que leur fascination pour la dualité de la vie sous toutes ses formes. A partir du « péché » originel, ils vont à quatre mains imaginer et mettre en place sept installations correspondant aux sept péchés capitaux.

La salle est transformée en chapiteau. Une tente de coton blanc flotte à la manière d’une moustiquaire géante partant du haut de la pièce puis courant le long des murs. On entre dans un univers de paix, de douceur. Impression d’un monde idyllique, d’un monde de rêve. Au centre de la pièce,  un arbre, mi baobab, mi bouleau, mi banyan  s’élève : C’est l’arbre de la connaissance du Bien et du mal. Entre ses branches, une graine d’or. La graine est le symbole du cycle de la vie : une fois plantée, elle germe, pousse, donne une fleur et avant de mourir, donne d’autres graines. Recouverte d’or, la graine, à l’égal des icones, des bouddhas, des reliques, entre dans le domaine du sacré.
Autour de l’arbre, un cercle de sable de la forêt de Fontainebleau. Clin d’œil au cercle du combat des lutteurs de sumos celui du duel.
Les sept installations se répartissent dans l’espace,  représentant chacune l’un des péchés capitaux, réalisées par l’un ou l’autre des deux artistes, ou ensemble.
La Gourmandise : le péché le plus enfantin, le « péché mignon » de celui qui est esclave de son ventre.
L’Avarice : c’est  la soif, la fièvre exécrable de l’or, son accumulation insatiable.
La Luxure : C’est l’excès de jouissance qui concerne le péché charnel.
L’Orgueil : C’est la Reine des vices, la plus grande faute, « la racine de tous les maux. »
La Paresse : C’est le péché le moins grave, celui de « Se reposer avant d’être fatigué. »
L’Envie : C’est le premier pas vers la haine, le péché qui s’oppose à l’amour, à la générosité, à l’altruisme.
La Colère : C’est l’emportement passionné, démesuré

Ce paradis terrestre, bulle fantastique, envahi par « le péché » devient ensorcelé, ensorcelant, destinée à inciter le visiteur au « questionnement ».


« Fragile »

« Fragile »

Musée Maillol, Paris.
Participation à l’exposition consacrée au verre de Murano.
Du 27 mars 28 juillet 2013.


« Venise »

« Venise »

Exposition
du 2 juin au 10 octobre 2011

Seguso Gianni Murano


« Gaines de vie, voyage à reculons »

« Gaines de vie, voyage à reculons »

Dans le cadre des rencontres « cultures de paix».
L’association « Passages – Strasbourg »
 présente
Graines de vie, voyage à reculons de Marie-Laure Viébel
Exposition du 6 au 21 mai 2011.
 Salle de l’aubette place Kléber , à Strasbourg.

Les formes premières sont sa source d’inspiration. Fascination en découvrant la plus grosse graine du monde : le coco de mer, venant exclusivement des Seychelles , est longtemps resté un mystère. Prodige de la nature, il est double: deux lobes, mais surtout une double représentation à la fois du sexe féminin et du sexe masculin. Dialogue unique et improbable entre le monde végétal et le monde humain.

En utilisant la technique de « la dorure à la détrempe », Viébel transcende la graine, qui, illuminée d’or, métal parfait, « chair des Dieux », symbole d’immortalité, brille et chante par la magie des brunis. « Ses graines de vie » rentrent alors dans le domaine du sacré, à l’image des icones, des sarcophages égyptiens, des bouddhas, transcendant les frontières, devenant universelle. Elle s’investit à la recherche et la création de nouvelles matières, rendant chaque graine unique dans « son habit de lumière ».

Peu à peu , Viébel se tourne vers le bronze, puis le verre, s’appuyant sur le savoir ancestral d‘un Maitre de Murano. Et les graines grandissent, de plus en plus imposantes, réintégrant la nature dans les jardins, caressées par le soleil et le vent. Cette exposition dans l’espace majestueux de l’Aubette dévoile par un jeu de regards croisés entre art primitif , objets sacrés et art contemporain (quelques clins d’oeil à des amis, Zao Wouki, Pierre Soulages, Féderica Matta) le monde de cette graine.


« Flaneries d’Arts dans les jardins aixois »

« Flaneries d’Arts dans les jardins aixois »

Sous le parrainage du Ministère de la Culture et de la Communication
Aix en Provence
Les 12 et 13 juin 2010

A propos | Marie-Laure Viébel @copyright 2017